Préparer son séjour à la maternité

Pour bien vous préparer à l’accouchement, vous avez fait vos valises ; mais que faut-il prévoir d’autre pour anticiper son séjour à la maternité?

En amont

Préparez et chronométrer votre trajet : vous vous y rendrez plus détendue le jour J. Anticipez les différents moyens de transports possibles : à pieds, en transports en commun, en taxi, ou dans votre voiture. Le cas échéant en tenant compte des bouchons (vous venez présentement de passer très près d’un mauvais jeu de mots impliquant la notion de muqueux).

Prévoyez les visites que vous recevrez à la maternité en envoyant un message aux proches que vous aurez plaisir à voir à la maternité (plutôt à une liste restreinte qu’à votre équipe complète de pom-pom girls, suppléantes comprises) avec le plan d’accès à la maternité, les horaires de visite et recommandations diverses (on n’apporte pas de fleurs et on ne vient pas quand on a la grippe A, merci) ainsi que, et c’est le plus important, vos consignes. Par exemple :

  • Pas de visite le premier jour
  • Pas plus de deux visiteurs à la fois (de grâce, respectez cela si vous êtes en chambre double)
  • Uniquement visites des grands-parents / BFF
  • Les visites doivent durer 15 minutes, 30 maximum
  • Confirmer toute visite par téléphone avant
  • Seuls seront admis les visiteurs équipés de sushis
  • Etc.

Evidemment rien ne vous empêche de dire les choses avec plus de diplomatie (cela est même recommandé si vous souhaitez conserver de bonnes relations avec vos proches). Pensez que vous risquez d’être épuisée par un accouchement long et/ou difficile ou tout simplement que vous aurez peut-être envie de partager ces premiers instants uniquement avec votre tout nouveau cercle familial restreint.

En bref, il vaut mieux être un peu sèche avant, quitte à être finalement plus souple que ce que vous aviez prévu pour ne pas prendre le risque de vexer vos proches en les mettant dehors ou d’être atrocement gênée par la présence de votre belle-mère à H+4.

Juste avant d’accoucher

Selon les consignes données par votre maternité, et si cela est possible, prenez une douche, ou mieux, un bain avant de partir ; vous pouvez également grignoter quelque chose (si vous n’avez pas faim, privilégiez une boisson qui tient bien au corps type jus d’abricot ou chocolat chaud). En effet, en France il est de bon ton d’affamer et d’assoiffer la femme sur le point d’accoucher au cas où il faudrait pratiquer sur elle une anesthésie générale en urgence (et là, vous comprenez également tout l’intérêt du brumisateur, seule boisson à laquelle vous aurez droit pour vous désaltérer en salle de naissance).

Vérifiez votre check-liste de départ : enlevez votre vernis à ongles, vos lentilles, le contenu de votre baluchon… NB : ce n’est pas le moment de commencer nettoyer les vitres du salon, l’important c’est d’accoucher maintenant.

Comment vous rendre à la maternité ? Vous avez prévu en amont votre transport. Si vous êtes seule et tordue de douleur, évitez de conduire ; si vous prévoyez d’être assise, emportez une petite serviette de toilette pour éviter de pourrir la banquette arrière du taxi en perdant les eaux. Toujours si vous êtes seule, n’emportez avec vous que le baluchon pour la salle de naissance, votre conjoint se chargera du reste plus tard.

Dans tous les cas et sauf urgence réellement urgente (et croyez-moi, quand le bébé est vraiment sur le point d’arriver, vous le sentez) (c’est un peu comme une grosse envie d’aller faire caca maintenant tout de suite, sauf qu’on parle d’accouchement) (c’est plus fort que moi, il faut que je parle de caca à chaque article), évitez d’appeler les pompiers. Sauf cas rarissime, surtout pour un premier, la durée d’un accouchement est suffisamment longue pour vous permet de regarder l’intégrale du Seigneur des Anneaux en version longue et de faire une partie de Scrabble derrière. Laissez les pompiers et le samu s’occuper des vraies urgences et appelez donc un taxi (ou votre meilleur ami à la rescousse).

Si vous avez déjà un enfant ou autre tamagotchi, prévoyez en amont à qui vous pourrez le confier et selon quelles modalités (vos parents viennent chercher l’aîné chez vous, vous effectuez la passation à la maternité, etc.). L’heureux dépositaire de la créature étant prié de laisser son portable allumé 24/24, parce qu’en général, on ne choisit pas l’heure à laquelle on accouche.

Voilà, vous êtes dans la place. C’est maintenant que les choses sérieuses commencent.

To be continued

 

Préparer sa valise pour la maternité

Le jour J approche, et il est temps de préparer votre valise, ou plutôt vos valises pour la maternité.

En parallèle du paquetage, préparez une liste (<3) avec tout ce que vous devez faire avant de partir, par exemple : enlever vos bijoux, votre vernis, etc. Votre maternité vous indiquera les pré-requis en la matière. Adaptez également le contenu des valises selon leurs indications.

Vous devez donc préparer plusieurs valises. Je vous recommande : un baluchon à emporter en salle de naissance, et une à deux valises (pour vous et votre enfant) pour le séjour en maternité.

Baluchon salle de naissance (on évitera l’immense valise qui gêne le passage)

Affaires Papa

  • 20 euros en monnaie pour se ravitailler en café, nourriture (l’accouchement peut être long, très long…) (35 HEURES BORDEL) ;
  • Chéquier : si besoin de caution pour le téléphone ou la TV en chambre ; en prenant soin de vérifier en amont si c’est nécessaire ou non (la caution ET le téléphone ou la TV) ;
  • Appareil photo – avec batterie chargée !

Affaires Maman

  • Dossier médical et administratif dont carte de groupe sanguin, tous les examens réalisés au cours de la grossesse, livret de famille, CNI, carte Vitale, carte de mutuelle ;
  • Une tenue confortable : par exemple une chemise de nuit chouette, un gilet à manches longues s’il fait frisquet (normalement il fait bien chaud dans les maternités, mais je vous rappelle qu’un accouchement peut être long, TRÈS LONG), une paire de chaussettes ou des chaussons sympas pour déambuler tranquillement ;
  • Des barrettes, un élastique ou un bandeau pour éviter d’avoir les cheveux dans la tronche en pleine poussée ;
  • Pour votre confort :
    • Un brumisateur. INDISPENSABLE. Votre assistant, pardon compagnon, pourra ici se trouver un rôle-clé dans l’accouchement (je pense que j’ai répété « brumisateur ! » au moins 50 fois le jour J) (vers la fin, avant j’ai eu au moins 34 heures d’autonomie en la matière) ;
    • Un déo en spray, recommandé par une amie très chère. Attention, spoiler qui pique les yeux des âmes sensibles : il arrive qu’on fasse caca (et pas des paillettes) avant ou au cours de l’accouchement, et il arrive que l’on ne s’en rende pas compte jusqu’à se dire que tiens, ça ne sent pas la rose. Un déo en spray peut sauver votre dignité à ce moment-là si vous êtes mal à l’aise dans ce type de circonstances (personnellement, je n’ai plus de dignité depuis longtemps) ;
    • Lunettes / lentilles + étui et produit, si vous êtes binoclarde.
  • Pour l’attente :
    • Des magazines, un bouquin, un tablette chargée avec des séries/films… en présence de votre conjoint cet équipement perd de l’intérêt, vous serez peut-être contents de papoter simplement entre vous.
    • De la musique : pour le coup, j’ai trouvé agréable d’avoir une ambiance sonore, même si l’équipe m’a demandé de couper le son juste avant la naissance (mon fils n’a pas poussé son premier cri sur la Chevauchée des Walkyries, snif) (en vrai j’avais prévu une play-list titrée « Happy mood », on n’est pas là pour faire la tronche ou conquérir la Pologne).

Affaire Bébé

  • Un body – pour la taille, en fonction de ce qu’on vous aura annoncé à la dernière écho, prévoyez du naissance ou du 1 mois (voire du 3 mois si vous accouchez d’un petit veau) (auquel cas je vous souhaite bon courage). Privilégiez un body qui s’ouvre par devant, plus facile pour habiller votre enfant quand vous avez l’impression que le manipuler est aussi délicat que de servir du thé dans un service en porcelaine quand on a des pattes d’ours ;
  • Un bonnet ;
  • Un pyjama plus ou moins chaud (coton ou velours) selon la saison ;
  • Une serviette ou une couverture polaire pour tenir votre enfant au chaud.

Pour le séjour à la maternité – adaptez le nombre de vêtements en fonction de la durée prévue du séjour 

Affaires Bébé 

  • Trois à cinq bodies – ils prennent peu de place et sont utiles quand on n’a pas trop la main (vous allez découvrir avec bonheur vos premières couches mal positionnées et le plaisir des régurgitations) ;
  • Deux ou trois pyjamas – en coton ou velours selon la saison ;
  • Un cache-cœur ou un pull plus chaud, selon la saison ;
  • Un bonnet ;
  • Des moufles – si votre enfant se lacère le visage à la mode Wolverine ;
  • Des chaussettes – inutiles si toutes les tenues prévues recouvrent les pieds
  • Une tenue pour la sortie : dispensable. Ici la politique de la maison est de laisser les bébés en pyj jusqu’à 2 ou 3 mois.
  • Une gigoteuse ou turbulette – peut être remplacée par une couverture (à 3 jours de vie, votre bébé ne bouge pas assez pour risquer de s’étouffer avec) ;
  • Deux langes : très utiles pour essuyer les reflux, les nichons qui débordent, voire faire office de doudou ;
  • Des bavoirs : dispensables, je les remplace par des langes ;
  • Un protège carnet de santé : dispensable, d’autant qu’il est possible que vous en receviez un en cadeau à la maternité ;
  • Une tétine : même si vous êtes contre. Il paraît que ça a sauvé des santés mentales.
  • Des couches naissance : 1 paquet devrait laaaaargement suffire pour la maternité.
  • Une serviette de toilette pour votre enfant ;
  • Un thermomètre : demandé à ma maternité (pour apprendre à s’en servir), mais ils ont leur propre matériel. Privilégiez un modèle rectal, tout simple à 5 euros – un embout souple me semble toutefois une attention délicate pour l’anus de votre bébé ;
  • Une brosse à poils doux ;
  • Du savon liquide surgras, sans paraben ;
  • Du liniment et du coton qui remplacent les lingettes (irritantes et polluantes) pour le change ;
  • Du sérum physiologique pour nettoyer les yeux, le nez (n’hésitez pas à acheter en gros, il sera utilisé) ;
  • Lait ou crème hydratante : dispensable. Vous pouvez en outre demander des échantillons en pharmacie, des fois que votre enfant fasse des réactions allergiques (le mien ne supporte qu’un type de crème, par exemple).

 Séjour maternité Maman

  • Une grande serviette de bain qui ne craint pas trop, et une petite qui craint encore moins (je vous laisse la délicate surprise de deviner pourquoi) ;
  • Une tapis de bain, si vous avez comme moi le pied délicat en sortant de la douche ;
  • Un coussin d’allaitement : très utile si vous allaitez ou pour donner le biberon confortablement (mais prend beaucoup de place) ;
  • Une bouée pour s’asseoir si besoin : vous ne voulez pas savoir pourquoi. L’usage de la bouée est controversé, mais je vous recommande tout de même d’en prévoir une pour éviter d’envoyer le papa en dégoter une de toute urgence à 20 heures un dimanche de décembre.
  • Deux ou trois chemises de nuit confortables, et compatibles avec l’allaitement si vous prévoyez d’allaiter ;
  • Deux soutien-gorges, d’allaitement + une brassière pour la nuit si vous prévoyez d’allaiter (pour la nuit sachez que vos nichons peuvent couler même pendant votre sommeil en se passant de votre accord) ;
  • Deux hauts confortables, d’allaitement le cas échéant ;
  • Deux bas confortables, sachant qu’une sage-femme viendra régulièrement mettre son nez entre vos cuisses en cas de problème particulier, type épisiotomie ;
  • Des culottes jetables ou en coton qui finiront à la poubelle (vous commencez à vous douter que les suites de couche peuvent ressembler à un remake de Shining, hein ?) ;
  • Des chaussons, pour déambuler sans choper les verrues plantaires de votre voisine de chambrée ;
  • Une robe de chambre/un kimono/truc pour vous tenir un peu plus chaud (vous pouvez trouver un vêtement qui ne vous fera pas ressembler à votre grand-mère, promis) ;
  • Des bas de contention : si vous avez des problèmes de circulation ou avez du mal à vous lever ;
  • Des serviettes périodiques +++ ;
  • Du savon liquide surgras ;
  • Du shampoing et/ou du shampoing sec (en cas de césarienne, vous ne pourrez pas prendre de douche immédiatement et n’espérez pas non plus vous laver les cheveux penchée sur le lavabo) ;
  • Crème pour la peau : dispensable ;
  • Un sèche-cheveu : dispensable pour refaire votre brushing, très utile en cas d’épisiotomie ;
  • Trousse de toilette (n’oubliez pas votre brosse à dents, ni du maquillage si vous savez que vous ne supporterez pas de vous voir avec une mauvaise mine sur les photos – votre minimum vital en somme) ;
  • Mouchoirs ;
  • Masque pour les yeux / boules Quiès : impératif si vous êtes en chambre double pour espérer vous reposer ;
  • Des choses sympas à grignoter : c’est le moment de commander à vos visiteurs des sushis, des rillettes voire même du champagne si vous n’allaitez pas (petite veinarde) ;
  • Montre ou réveil : indispensable car votre maternité vous demandera de noter les heures de repas et de change (celles du bébé, les vôtres ils s’en foutent) (sauf votre premier pipi) ;
  • Carnet (si papier pas fourni ou que vous souhaitez écrire vos premières impressions), stylo.

Si vous allaitez, il faut prévoir spécifiquement :

  • De la flotte : 3L/jour sont recommandés, dans ma maternité ils ne fournissaient qu’une bouteille par jour. D’ailleurs, allaitement ou non, c’est aussi le moment de vous (re)mettre à la Contrex ou à l’Hépar en cas de problèmes digestifs (votre première selle (<3) après accouchement pouvant être particulièrement effrayante ou éprouvante) ;
  • Tisane d’allaitement – la bouilloire et la tasse ne sont pas forcément indispensable, à vérifier en amont (je m’excuse auprès de mon mec de lui avoir fait trimbaler tout ça pour mon premier séjour à la maternité) ;
  • Des coussins d’allaitement : j’ai un faible pour les coussinets lavables ;
  • Des protèges-mamelons, si vous avez accouché de Dracula ou d’un molosse (edit : en fait c’est inutile, sauf si problème et là vous enverrez le Papa s’en procurer en pleurant votre race de n’avoir pu bien suivi le conseil qui suit) ;
  • De la pommade ou de la crème pour protéger votre poitrine, type Castor Equi (qui comme son nom ne l’indique pas, ne contient pas de castor) ;
  • De l’homéopathie, si vous y croyez.

Avez tout ça, vous devriez être fin prête ! N’hésitez pas à revoir le contenu très exhaustif de ces listes. Mon objectif : que vous n’ayez pas besoin de vous faire rapporter quoi que ce soit de la maison par votre compagnon (qui n’est peut-être pas aussi au fait que vous de l’endroit où sont rangées les moufles de nourrisson dans la maison), mais vous avez le droit de faire léger également si vous n’aimez pas l’idée de transport votre maison.

Un dernier conseil : votre bébé va arriver incessamment sous peu. A partir de maintenant, dès la maternité donc, vous pouvez dire oui oui en souriant à tous les conseils qui vont vous être donnés (et qui pourront être contradictoires, même dispensés par le personnel de la maternité) mais fiez-vous à votre instinct, jeune Jedi, et rappelez-vous que ça y est, vous êtes devenu parent et  êtes à ce titre le mieux placé pour savoir ce qui est bon pour votre bébé. Ce qui n’empêche pas que vous pourrez tout de même recevoir de super conseils utiles, remarquez.