Le top 3 des trucs plus utiles, y’a pas

Evidemment, un top des trucs les plus inutiles suivra !

  • Sur la troisième marche du podium : les dosettes de lait

Pour se trimbaler le plus légèrement possible (ce qui est une vaste blague quand on est équipé d’un nourrisson), les dosettes de lait sont évidemment ultra pratiques. Il suffit d’avoir un biberon plein d’eau à portée de main et le tour est joué (sis-tip : essayez d’habituer votre bébé à boire à température ambiante, vous vous en féliciterez le jour où vous n’aurez pas de micro-ondes sous la main). On prend une, deux ou trois dosettes selon la durée de la ballade.

La deuxième utilité géniale des dosettes (toujours  avec le biberon d’eau préparé en amont) : la nuit. Votre enfant s’agite, vous faites semblant de dormir ; il crie, vous rajustez vos boules Quiès ; il hurle, vous n’avez plus guère le choix, il va falloir le nourrir. Avec votre dosette et le biberon d’eau, vous pouvez presque faire l’ultime mélange les yeux fermés, en tout cas dans la pénombre de façon à 1) ne pas vous réveiller plus que vous ne l’êtes déjà 2) ne pas vous gourer dans le dosage. C’est tout bête, mais ça sauve des nuits (et donc la santé mentale de jeunes parents). Pensez-y également si vous allaitez et envisagez une alimentation mixte pour votre bébé (plutôt que de lui préparer un biberon à 10h, faites-le faire par le Papa à 4h du mat) (voire à minuit et 3h) (voire davantage mais je préfère ne pas y penser).

Le truc en plus : les dosettes transparents pour vérifier en un clin d’œil celles qu’il faut re-remplir. Mon amie Flo m’avait offert le modèle suivant, bien trouvé!

Doseur de lait Bébé Confort 

  • Sur la deuxième marche du podium : le lit parapluie à deux hauteurs

Et pourtant son achat n’est pas un bon souvenir… La boutique où on l’a acheté s’était trompé de taille pour le modèle choisi (en nous refilant celui pour nourrissons uniquement, au passage moins cher évidemment). On a dû y retourner, c’était LOIN et j’étais grosse, TRÈS grosse (et TRÈS fatiguée) (et de TRÈS mauvais poil). Finalement, mon fils a dormi ses premières semaines de vie dans ce lit ou plus exactement, dans un couffin dans ce lit qui était bien trop grand pour lui après neuf mois passés dans mon ventre (comme quoi je n’étais finalement pas forcément si grosse que ça), auprès de nous, tandis que son joli lit de bébé en bois l’attendait dans sa chambre.

Il est très facile à déplier/ replier (même très enceinte d’une seule main, j’y étais parvenue). Mais surtout, son énorme avantage ? il dispose d’un système de hamac qui permet d’installer son enfant à mi-hauteur. Idéal lorsque votre enfant évidemment ne se met pas debout seul pour préserver votre dos. Attention, je ne parle pas du dernier bisou fait à votre bébé lorsqu’il est au fond de son lit, mais simplement de le déposer/ récupérer sans vous plier en deux.

Evidemment, si vous n’êtes jamais en vadrouille et que vous n’avez pas de problème de dos, ce lit perd de son intérêt (mais n’allez même pas essayer de vous en plaindre, hein).

Nuna Sena

Le modèle Sena de Nuna, choisi par vos serviteurs

  • Et la première place est attribuée à…

Le berceau co-dodo. Et dire que je n’ai découvert son existence qu’avec Numérobis.

Le berceau co-dodo, c’est LE truc qui va sauver vos nuits. Si tu allaites, tu n’as pas besoin de te lever : tu te redresses un peu, tu chopes ton marmot et tu le colles sur ton nichon. Et encore, sur certains modèles je pense qu’on peut se limiter à un rouler/coller (le mien dispose d’un rebord qui oblige à se saisir de l’enfant – mais empêche celui-ci de glisser la nuit dans ton plumard pour coller ses pieds froids contre les vôtres). Et lorsqu’on allaite pas, avec une dosette + le biberon, ça marche pareil : on n’a pas besoin de se lever (la vaisselle attendra demain) (et le berceau peut être accolé côté Papa, évidemment). Vous limitez vos temps debout et surtout d’éveil, et lorsqu’on est jeune parent, quelques minutes de sommeil en rab n’ont pas de prix.

Je pensais bien que ce berceau me serait utile lorsque je me le suis procuré pendant ma deuxième grossesse ; mais si j’avais pu imaginer un seul instant à quel point rester couchée et me reposer un maximum me serait indispensable après un accouchement et un post partum un peu difficiles (un jour, je vous raconterais peut-être ; mais si vous avez fait des cauchemars en lisant Carrie il vaudrait mieux éviter de regarder cet article), si j’avais su à quel point il me serait indispensable donc, je me serais applaudie de deux mains et je n’aurais pas hésité à le payer deux fois plus cher.

Car le berceau co-dodo a ce point commun avec les sièges auto qu’il avoisine en coût le PIB du Togo (surtout pour une utilisation limitée dans le temps, étant destiné aux nourissons uniquement) ; je vous conseille de commencer tôt à fureter sur le Bon Coin pour trouver le modèle de vos rêves (ou un modèle convenable, les offres étant relativement rares) près de chez vous. Privilégiez également un modèle qui peut faire berceau tout court uniquement le jour où vous voulez que votre enfant dorme dans sa chambre (et vous laisse retrouver une intimité sexuelle, ou une intimité sexuelle plus sonore, c’est selon).

cododo

Le modèle de chez Chicco dont nous sommes équipés – pas très beau MAIS peut se relever d’un côté uniquement, pratique en cas de reflux (et non ce n’est pas moi sur la photo, je suis beaucoup mieux que ça) (mais quand même un peu moins que Kate j’avoue)

Voici donc les trois équipements qui ont été pour moi les plus utiles. Et pour vous, quels ont été, rétrospectivement, les meilleurs investissements ?