Rester confortable pendant la grossesse

Même si la grossesse vous épanouit et vous colle sur la figure le sourire d’une Madone (ce qui n’est pas systématique), vous n’êtes pas à l’abri de divers petits désagréments au cours de ces neuf mois (vous trouverez quelques trucs contre les nausées ici).

De manière générale, et sans parler des aspects liés à la santé qui sont bien sûr à voir avec un professionnel, comment améliorer votre confort ?

Le problème : vous dormez mal

Faites connaissance avec votre nouvel ami : le coussin d’allaitement, et ce même si vous ne prévoyez pas d’allaiter. Vous pourrez vous endormir contre lui plus étroitement enlacée qu’avec votre partenaire. En plus, il ne râle pas si vous prenez toute la place ou avez les pieds froids.

Si votre poitrine vous gêne, n’hésitez pas à investir dans des brassières ou soutiens-gorge sans baleines (pour le coup, prévoyez un modèle adapté si vous souhaitez allaiter histoire d’amortir l’investissement, sachant qu’en période d’allaitement il ne s’agit plus de confort mais de nécessité) qui vous maintiendra correctement pendant votre sommeil.

Si la lumière vous dérange lorsque vous vous levez la nuit, vous pouvez prévoir une veilleuse pour aller aux toilettes sans avoir peur du noir sans trop vous réveiller.

Le problème : vous avez tout le temps envie de faire pipi

Alors là désolée, mais il n’y a pas de miracle, je vous rappelle que vous êtes enceinte. Évitez si possible les grandes tisanes avant d’aller au lit, essayez de répartir vos apports en eau tout au long de la journée et pas de vider la bouteille le soir.

En cas d’urgence, vous découvrirez que les gens sont globalement très aptes à ouvrir leurs toilettes, même privées, à une femme enceinte en détresse qui demande gentiment.

Dans tous les cas, ne jouez pas à « stop-pipi », ultra nocif pour le périnée.

 

Le problème : votre peau tiraille

Votre peau a peut-être changé du fait de votre grossesse pour devenir plus sèche (elle devrait reprendre sa nature initiale à terme). N’hésitez pas à boire régulièrement, à utiliser une crème pour le visage adaptée et donc peut-être différente de votre crème habituelle ; hydratez-vous également bien le corps et notamment le ventre qui souffre pas mal (imaginez un ballon de baudruche : plus il gonfle, plus il est tendu ; votre peau c’est pareil).

 

Le problème : vous avez des vergetures

L’égalité n’existe pas : certaines femmes qui ne se mettent jamais de crème n’en ont pas. D’autres qui se tartinent tous les jours ressortent de leur grossesse zebrées. En bref, selon la nature de votre peau il n’y a pas de miracle, mais je vous conseille tout de même de vous crémer une à deux fois par jour si possible. Dans la majorité des cas, si votre peau n’est pas trop fragile, vous préviendrez leur apparition, ou au pire vous pourrez limiter les dégâts y compris après coup – on ne balance donc pas sa crème à la poubelle de dépit à la première vergeture venue.

 

Le problème : vous avez les jambes lourdes

Si vous avez des antécédents ou une hérédité de mauvaise circulation, on devrait vous prescrire des bas de contention. C’est moche, c’est pénible à enfiler mais c’est important à porter… votre circulation s’en trouvera clairement améliorée, et la matière il vaut vraiment mieux prévenir que guérir.

Faites-vous masser (ou auto-massez-vous, même si c’est vachement moins sympa) les jambes toujours de bas en haut. Les gels jambes légères sont agréables surtout en été mais pas révolutionnaires, c’est le geste mécanique qui vous fera le plus de bien.

Marchez 30 minutes par jour (à votre rythme, qui ressemblera de plus en plus à celui d’une baleine asthmatique échouée).

En position assise, essayez de surélever les jambes et, la nuit, dormez avec un coussin sous le matelas. La vie est bien faite : ça fonctionne aussi pour la sieste, remarquez.

 

Le problème : vous avez des hémorroïdes (le lectorat masculin ayant survécu jusque là à la lecture de cet article est autorisé à fermer cette page web)

Votre gynéco ou votre sage-femme pourront vous aider à régler ce problème à l’aide d’un traitement adapté. Mais sans attendre, et même si vous ne faites pas caca et ne pétez que des paillettes, buvez une eau adaptée type Contrex ou Hépar et ayez une alimentation riche en fibres – évitez tout de même de vous envoyer le sachet de pruneaux sauf si vous aimez les (mauvaises) surprises. Les All Brans (deux à trois cuillères par jour devaient suffire) ont également fait leurs preuves en la matière. Et gardez en tête ce protocole qui pourrait bien vous sauver après l’accouchement !

 

Enfin, de façon globale, sachez vous ménager – c’est une hyperactive qui le dit. La santé de votre bébé est importante, la vôtre aussi. Et votre confort y contribue largement.