Avoir un bébé… quand on a un enfant

Inconscients ou courageux que vous êtes, vous n’avez pas voulu vous contenter d’un seul enfant et avez donc remis le couvert.

Quand lancer les opérations ? Et bien, quand vous le sentez. En gros, il faut penser à :

  • L’écart souhaité/ rêvé entre vos enfants ;
  • Votre envie de retrouver un sommeil correct entre les deux / de rester dans une période « couches » interrompue pour ne pas vous y remettre, quand vous avez arrêté avec délectation ;
  •  Le budget nécessaire : 2 enfants en crèche (sans parler de l’investissement sièges auto), ça coûte cher ;
  • La pénibilité d’une grossesse. « 9 mois pour faire un enfant, 9 mois pour s’en remettre » dit la sagesse populaire… vous pouvez très bien enchaîner deux grossesses et être en pleine forme, comme vous pouvez être épuisée par une seconde grossesse, surtout si votre aîné est peu autonome/  ne fait pas la sieste à VOS heures (ce qui n’est pas très sympa) ;
  • Vos âges respectifs en tant que parents, notamment si vous souhaitez avoir assez d’enfants pour monter une équipe de basket ;
  • Et surtout votre envie d’avoir un nouveau bébé en tant que couple.

NB : la fertilité serait paraît-il au top dans les 18 mois – 2 ans après un accouchement. Bon à savoir, que vous ayez galéré pour avoir le premier ne signifie pas que Numérobis n’arrivera pas immédiatement…. De même, si vous avez eu votre premier en claquant des doigts, n°2 peut mettre des années à se pointer. Bref, si vous lancez le projet, mieux vaut être prêt et à assumer, et à être patient (vous aurez la surprise).

Comment préparer votre aîné à la grossesse et à la naissance ? Je suis de l’école Tout dire aux enfants, mais pas n’importe comment, et surtout en fonction de leur âge.

Votre enfant risque de (prés)sentir tôt la grossesse, même s’il ne la comprend pas ou ne parvient pas à mettre de mots dessus. Si c’est le cas et que vous souhaitez attendre la première échographie avant lui annoncer, vous pouvez par exemple lui dire que vous êtes très heureux en ce moment sans rentrer dans les détails. Lorsque vous lui en parlerez, choisissez un moment où vous êtes tous les trois disponibles pour échanger et répondre aux questions de votre grand (… s’il est en âge d’en poser). S’il encore petit, nulle précipitation à avoir pour lui parler du bébé qui sortira un jour de votre ventre – 9 mois c’est déjà long pour vous, mais pour lui c’est une éternité.

Racontez-lui à quel point vous êtes heureux et dites-lui avec vos mots à quel point vous l’aimez et l’aimerez toujours. Dans le cœur des parents, il y la place pour tous les enfants ! Plus votre grossesse avancera, plus elle deviendra tangible pour votre enfant. Vous pouvez lui montrer votre ventre, l’inviter à le caresser (doucement, histoire de prendre de bonnes habitudes). Montrez-lui des photos de vous lorsque vous l’attendiez, de lui bébé, en lui racontant son histoire. Racontez-lui comment vous l’avez attendu avec bonheur et comme ce nouvel enfant vous ravit encore. C’est également une bonne occasion de lui expliquer comment et/ou pourquoi on fait des bébés, en fonction de son âge. Parlez-lui d’amour, pardon d’Amour, en somme.

Vous trouverez plein de super bouquins sur le sujet – feuilletez-les avant achat pour être sûrs qu’ils sont bien adaptés à son âge. Vous pouvez aussi lui raconter comme il est chouette d’être grand frère/ grande sœur, mais ne faites pas tout tourner autour du bébé pour autant.

Si votre aîné est encore un bébé : l’évocation d’un autre bébé peut lui faire peur. Parlez-lui si possible du petit frère/ de la petite sœur (que vous pourrez également appeler par son prénom si vous l’avez choisi) pour que votre grand bébé ne se sente pas mis en danger par un autre qui va lui voler sa place (et ses parents).

Plus l’accouchement se rapprochera, plus vous le préparerez à l’arrivée du bébé, y compris sur les aspects logistiques : qui le gardera pendant l’accouchement  ? C’est l’occasion de l’envoyer dormir chez ses grands-parent ou les amis qui s’en occuperont le moment venu pour tester le terrain s’il n’en a pas l’habitude. Le jour J, expliquez-lui ce qui se passe pour qu’il ne soit pas perturbé par votre absence.

A la maternité, lorsque votre enfant viendra vous rendre visite, tâchez de vous coordonner avec votre conjoint pour ne pas avoir le bébé dans les bras à son arrivée. Accueillez-le avec enthousiasme, racontez-lui comme il vous a manqué, faites-lui de gros câlins, etc. Présentez-lui le bébé, mais après lui avoir consacré un moment rien qu’à lui donc. S’il est encore jeune, vous pouvez le soudoyer avec le cadeau que le bébé lui aura apporté (pas plus saugrenu que le Père Noël) pour l’assurer que le nouveau venu n’a pas d’intentions hostiles envers lui.

De retour à la maison, tâchez de lui consacrer du temps, de la place dans vos bras et dans vos pensées.

S’il vous demande quand est-ce qu’on rapporte le bébé à la maternité… vous pouvez lui répondre On garde le bébé, et toi aussi on te garde. Encore une occasion de l’assurer de votre amour et que vous n’allez pas l’échanger contre un modèle plus jeune et mieux gaulé.

Évitez de le changer de chambre ou de refiler immédiatement son lit au bébé, faites les choses progressivement pour éviter l’effet « il me fauche mes parents, mon pieu et quoi d’autre encore ? ».

Soyez patients s’il régresse, à voir toute l’attention que vous portez au bébé il pourrait être tenté de se faire remarquer. Assurez-le toujours de votre amour inconditionnel. A l’inverse, assurez-vous qu’il continue à s’exprimer, certains modèles d’enfants pouvant être tentés de se mettre en retrait en vous voyant tellement occupés par un nourrisson. Faites-le participer s’il le souhaite aux soins, mais veillez à ce qu’il ne se sente pas responsable du bébé et que s’en occuper reste toujours un plaisir pour lui (idem la nuit, s’il entend le bébé pleurer, ce n’est pas son problème, il peut continuer à faire dodo) (mais s’il est bien tentant de laisser quelqu’un d’autre s’en occuper, je sais). Continuez à lui accorder du temps, rien que pour lui, et sans le bébé à l’occasion.

Et restez zen : vous allez (im)parfaitement gérer :)

Publié par

Amandine

Working girl au repos forcé, hyper active et organisée (ne pas confondre avec "control freak"). Aimant les listes (sauf les listes de listes). Ayant survécu à deux accouchements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *