Accoucher

Il y a des dizaines (centaines ?) de façons d’accoucher et de vivre un accouchement. C’est une expérience littéralement inoubliable et très personnelle.

Vous vous y serez préparée au mieux, mais les événements ne se dérouleront peut-être pas comme vous l’avez prévu.

Voici quelques petits conseils qui, je l’espère, pourront néanmoins vous être utiles à tous les coups.

  • Sentez-vous en confiance et faites confiance à l’équipe. Vous avez face à vous des gens dont l’accouchement est le métier, qui ont à cœur que tout se passe bien et feront leur possible en ce sens.
  • … Et soyez agréable avec eux. Personne n’aime avoir affaire à quelqu’un de désagréable. Même si vous avez très mal, rien ne vous empêche d’être polie. Ils vous le rendront bien et l’ambiance sera tout de même nettement plus agréable pour tout le monde. NB : ça fonctionne aussi avec votre conjoint.
  • Envisagez tout ce petit monde comme une équipe, comme votre équipe qui vous soutient, vous guide et gère le ravitaillement (même s’il ne s’agit que de vous pschiter du brumisateur).
  • Pensez que le plus important est la santé de votre bébé, et la vôtre.
  • Soyez prête à envisager tous les types de soins, s’ils s’imposent (cf. point précédent). Même si vous souhaitez accoucher par voie basse, une césarienne peut s’imposer. Envisagez cette possibilité en amont pour ne pas vous sentir choquée ou surprise si un tel acte chirurgical venait à intervenir.
  • Vous pouvez refuser des soignants ou des soins si vous ne le sentez pas. Bien sûr, si des questions vitales sont en jeu, la priorité de l’équipe médicale sera de protéger votre santé et celle de votre enfant, quelles que soient les indications que vous pourriez leur donner.
  • Soyez réaliste. Si on vous annonce un périmètre crânien immense pour votre bébé, qu’il va être compliqué de le faire sortir, vous pouvez préciser à l’équipe que vous êtes d’accord pour une épisiotomie, par exemple, histoire de mettre tout le monde à l’aise.
  • Concernant la péridurale :
    • Si vous en bénéficiez : demandez une nouvelle dose de produit dès que vous commencez à sentir une gêne/un inconfort. N’attendez pas que la douleur s’installe.
    • Si vous ne souhaitez pas en bénéficier : vous avez le droit de changer d’avis (ou pas).
    • Si vous ne pouvez pas en bénéficier : rappelez vous que depuis le début de l’humanité, les femmes ont fait sans. Vous pourrez l’ajouter sur votre CV. Courage !
  • A la sortie de Junior, ne soyez pas surprise s’il ne ressemble pas aux nouveaux-nés que vous avez vus dans Urgences : il peut être tout recouvert de vernix, gris, rouge, recouvert de sang… Et il ne criera pas forcément.
  • Il vous faudra parfois patienter quelques instants avant de le tenir dans vos bras. L’urgence pour l’équipe peut être de vérifier si tout va bien / de prodiguer les premiers soins.
  • Pour votre conjoint : chacun fait ce qu’il veut, mais pour ma part j’estime qu’il est inutile de regarder si ce n’est l’expulsion, au moins ce que suit (à moins qu’il n’ait envie de se priver définitivement de barbaque à la vue du placenta)

Quoiqu’il se passe, rappelez-vous que votre accouchement est unique, même s’il ne se déroule pas comme vous l’avez imaginé, voire fantasmé ; tâchez de rester calme et concentrée sur un double objectif pour lequel vous êtes accompagnée par une équipe : la santé de votre bébé et la vôtre. La bonne nouvelle : que votre accouchement se déroule rapidement et sans douleur ou qu’il soit long, douloureux voire compliqué, vous tiendrez très bientôt votre bébé dans vos bras.

Publié par

Amandine

Working girl au repos forcé, hyper active et organisée (ne pas confondre avec "control freak"). Aimant les listes (sauf les listes de listes). Ayant survécu à deux accouchements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *